24 octobre 2017

AVANT-PROPOS

L'annonce d'une maladie potentiellement mortelle est un énorme coup dur. Ce jour-là, j'ai décidé de me battre. Hors de question que je me laisse aller ! La bataille a bien eu lieu. Au final, je m'en suis sorti. Au lieu de me reposer sur mes "lauriers", j'ai préféré penser à tous ceux qui attendent une greffe. J'ai commencé à raconter mon aventure au pays du Docteur Globule sur un blog, en direct. J'ai énormément écrit dans mes carnets. L'idée m'est alors venue d'utiliser toute l'expérience acquise afin de redonner courage à d'autres.... [Lire la suite]
Posté par Gilles CLARIOND à 15:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 octobre 2017

UN JOUR, LES DOIGTS POSES SUR MON CLAVIER…

Depuis l'adolescence, un crayon et un bout de papier sont mes outils, mes complices. J'ai toujours aimé les mots. Lire, écrire, mes deux passions. Je me suis frotté à tous les genres, poésie, théâtre, paroles, essais, romans. Mes placards sont jonchés de feuillets, de carnets. Quand j'ai ouvert ma porte à l'informatique, mon clavier  a immédiatement cliqueté au rythme des fichiers de textes que je créais. Un sympathique fouillis que j'ai maintes fois tenté d'ordonner sans jamais y parvenir. Mes amis se sont souvent étonné que je... [Lire la suite]
Posté par Gilles CLARIOND à 15:07 - Commentaires [2] - Permalien [#]
26 octobre 2017

C'EST GRAVE, DOCTEUR ? (1)

Dans une autre vie, j’étais instit   Un simple instit de base dans un quartier défavorisé de Chambéry. Par vocation. Je suis entré dans la carrière porté par la conviction que j’avais une mission à assurer. Près de quarante ans plus tard, j’ai la preuve que je ne me suis pas trompé. J’ai gardé le cap contre vents et marées. Malgré les propositions de mes supérieurs. On me voyait directeur d’école... Hors de question, mon boulot, c’était face aux gamins, un point c’est tout. La solution la plus difficile, sans conteste. J’ai... [Lire la suite]
Posté par Gilles CLARIOND à 15:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
27 octobre 2017

C'EST GRAVE, DOCTEUR ? (2)

Un entourage pour le moins secoué   Du côté de mes proches, amis, famille, c’était un branle-bas de tous les instants. Je sentais bien que tout le monde se faisait du mouron – et c’est peu dire. J’essayais de les réconforter, de dédramatiser mais je sentais que mes efforts étaient vains. Jamais je n’évoquais la gravité de mon cas. À peine si je notais le côté sérieux de l’affaire. Dès cette époque, j’ai pu opérer un tri intéressant : je me découvrais de nouveaux amis tout en enregistrant un silence complet de la part... [Lire la suite]
Posté par Gilles CLARIOND à 13:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 octobre 2017

C'EST GRAVE, DOCTEUR ? (3)

Poche après poche, pour rester en vie   Ce qui était amusant, dans notre centre hospitalier en pleine reconstruction, c’était que le secteur hématologie qui s’occupait des transfusions se trouvait à l’époque au deuxième étage de l’Éveillon, la toute nouvelle maternité !   J’ai vite pris l’habitude de ces journées très routinières. J’arrivais le matin vers huit heures, on m’attribuait un lit dans une chambre double puis une aide-soignante vérifiait mes constantes et mon poids. Un peu plus tard, une infirmière... [Lire la suite]
Posté par Gilles CLARIOND à 10:38 - - Commentaires [2] - Permalien [#]