1ère partie

26 octobre 2017

C'EST GRAVE, DOCTEUR ? (1)

Dans une autre vie, j’étais instit   Un simple instit de base dans un quartier défavorisé de Chambéry. Par vocation. Je suis entré dans la carrière porté par la conviction que j’avais une mission à assurer. Près de quarante ans plus tard, j’ai la preuve que je ne me suis pas trompé. J’ai gardé le cap contre vents et marées. Malgré les propositions de mes supérieurs. On me voyait directeur d’école... Hors de question, mon boulot, c’était face aux gamins, un point c’est tout. La solution la plus difficile, sans conteste. J’ai... [Lire la suite]
Posté par Gilles CLARIOND à 15:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

27 octobre 2017

C'EST GRAVE, DOCTEUR ? (2)

Un entourage pour le moins secoué   Du côté de mes proches, amis, famille, c’était un branle-bas de tous les instants. Je sentais bien que tout le monde se faisait du mouron – et c’est peu dire. J’essayais de les réconforter, de dédramatiser mais je sentais que mes efforts étaient vains. Jamais je n’évoquais la gravité de mon cas. À peine si je notais le côté sérieux de l’affaire. Dès cette époque, j’ai pu opérer un tri intéressant : je me découvrais de nouveaux amis tout en enregistrant un silence complet de la part... [Lire la suite]
Posté par Gilles CLARIOND à 13:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 octobre 2017

C'EST GRAVE, DOCTEUR ? (3)

Poche après poche, pour rester en vie   Ce qui était amusant, dans notre centre hospitalier en pleine reconstruction, c’était que le secteur hématologie qui s’occupait des transfusions se trouvait à l’époque au deuxième étage de l’Éveillon, la toute nouvelle maternité !   J’ai vite pris l’habitude de ces journées très routinières. J’arrivais le matin vers huit heures, on m’attribuait un lit dans une chambre double puis une aide-soignante vérifiait mes constantes et mon poids. Un peu plus tard, une infirmière... [Lire la suite]
Posté par Gilles CLARIOND à 10:38 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
02 novembre 2017

C'EST GRAVE, DOCTEUR ? (4)

AREB, quatre lettres terriblement létales Mon médecin traitant a été très clair dès le début : l’AREB est une maladie à l’issue fatale si la greffe ne peut se faire ou ne prend pas. Avertissement conforté par mes deux hématologues, celle de Chambéry et celle de Lyon. Par la suite, on m’a rapidement confronté aux risques encourus lors de la greffe elle-même. Dans tous les cas, le grand mur contre lequel on s’écrase parfois se dressait quelque part sur ma trajectoire dans un avenir pas si lointain.Dans notre société, il est très... [Lire la suite]
Posté par Gilles CLARIOND à 08:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
09 novembre 2017

C'EST GRAVE, DOCTEUR ? (5)

La journée de bizutage   Le 14 mars 2014, à 8 h 45, nous nous sommes présentés, mon épouse, Clément et moi-même, au bureau d’accueil du service d’hématologie à Lyon. Moi qui ai une nette tendance au bavardage, j’étais très silencieux. Pas envie de sortir des vannes non plus. Ça oppressait du côté du palpitant… Une très longue et éprouvante journée nous attendait, l’incontournable bilan pré-greffe. La coordinatrice nous attendait : c’est elle qui nous a guidés tout au long de la journée. Après avoir confié le sac à... [Lire la suite]
Posté par Gilles CLARIOND à 09:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]