Ces quelques pages retracent le plus fidèlement possible la longue lutte qui m’a opposé à la maladie. Je ne me suis pas battu seul. Autour de moi, dans ma petite armée, se trouvaient des personnes qui ont une place très particulière dans mon cœur, une place centrale, une place de choix. J’imagine un podium sur lequel ont pris place, tous rangés sur la plus haute marche :

 

 

  • mon donneur que je ne rencontrerai jamais mais si présent dans mon cœur… et dans mes veines ;

 

  • mon médecin généraliste, le docteur De Cornulier ;
  • l’ensemble des personnels de santé, médecins, infirmières, aides-soignantes des services d’hématologie des hôpitaux de Chambéry et Lyon-Sud, mes « ninjas » du MBE4, ainsi qu’Adeline et Caroline, les internes et Dominique, l’infirmière-ouragan du service, mes hématologues, les docteurs Meyer, Pica et Hacini à Chambéry, les docteurs Thomas et Labussière-Wallet à Lyon ;

 

  • Jacqueline, Julien, Clément, Arnaud, Julie, maman, Alain, ma famille proche, ma belle-famille, qui m’ont soutenu tout au long de cette longue épreuve. Je sais à quel point ils ont douté et souffert quand mes jours étaient en danger ;
  • mes amis, les vrais, Jean-Claude, Christian, Marie-Madeleine, Delphine, Corinne, Catherine, Dominique, Sylvie, mon ancien inspecteur, monsieur Roger, ceux qui n’ont jamais cessé de s’enquérir de mon état, en me téléphonant, en m’envoyant mails et SMS d’encouragement, en me rendant visite ou en commentant régulièrement les pages du blog « Au pays du docteur Globule » ;

 

  • sans oublier toutes celles et ceux, voisins ou connaissances, qui se sont régulièrement tenu informés de l’évolution de mon état, ainsi que mes anciens élèves et leurs parents ;

 

  • une mention spéciale pour Alain, mon taxi, avec lequel j’ai partagé des fous rires réconfortants durant tous nos trajets.